CivicWise à Cosmobike Mobility.Planification urbaine et mobilité durable.

fwuclw0w

 

CivicWise en Italie est présent sur différents territoires et villes à travers les contributions de plusieurs CivicWisers. Il y a quelques mois, il a ouvert le premier cercle local sur le sol italien à Milan et a immédiatement entrepris d’organiser et de coordonner le premier cours de Design Civique en langue italienne. Vous pouvez trouver plus d’informations sur le site civicdesign.it


Le 16 septembre, nous avons assisté à l’une des journées du cycle de conférences de Cosmobike Mobilité à Vérone, et nous avons  présenté la communauté de Civicwise.

Dans Cosmobike Show, la deuxième édition du salon international de la bicyclette,  Cosmobike Mobility est l’espace dédié aux réunions et débats entre protagonistes pour trois journées techniques: des administrateurs, des entreprises, des associations et de la citoyenneté active, impliquée dans l’industrie du vélo spécifique . Le but est de créer une réflexion sur la conception et la construction d’une ville à l’échelle du vélo, cette année étant axée sur «La ville des enfants».

screenshot-2016-10-01-17-37-08

Notre travail a été inclus dans la journée « Communiquer le changement», dédiée à la réalité de l’activisme, à l’écoute des projets et des demandes des territoires des collectivités locales, des associations de cyclistes urbains et tente de créer une masse critique afin de répondre à la nécessité spécifique et quotidienne du vélo  comme une alternative à la voiture pour une utilisation en milieu urbain.

Voici la video de notre présentation de CivicWise, dans laquelle nous expliquons notre taille Glocal et ce que nous entendons par Intelligence Collective localisée, un procédé capable de concentrer les connaissances mondiales sur les territoires locaux par le biais d’un processus de responsabilisation des citoyens.

Il était très intéressant d’y participer, en tant que  concepteurs et  professionnels dans le domaine de l’aménagement du territoire, dans un contexte de débats vivants et actifs, avec une imagination claire de la ville et du territoire. Plus important encore était de pouvoir écouter les points de vue et surtout les besoins de ceux qui vivent la ville sur deux roues.

Le débat de la journée, animée par Simona Larghetti de Dynamo Bologne et co-organisée par Melissa Gomez, a souligné que le monde du cyclisme dans les villes a des exigences fortes envers ceux qui administrent et gèrent la ville en termes de sécurité et de facilité d ‘ utilisation du milieu, d’expression d’un besoin évident pour la planification urbaine et la gestion des territoires qui améliorent les incitations et le choix d’un mode de vie sain, conscient et respectueux de l’environnement.

Nous y avons vu des exemples de « poussées vers le haut » d’administrations qui favorisent des politiques importantes sur la mobilité durable, comme Stefano Chiaroni, maire adjoint de la ville de Pastrengo Tourisme; le cas de Cititek à Copenhague dirigé par Berrina Werner, et le cas de Paolo Bellino à Rome, le premier Bike Manager d’un gouvernement de la ville.

Nous avons également vu la « pression depuis le bas» de collectivités, associations et petites entreprises dans leurs demandes d’ auto-construire des alternatives concrètes. Un exemple sont les Ciclopopolari de Salvaiciclisti à Rome, le Forum Mondial de la Bicyclette par Melissa Gomez et Slowtown Casalmaggiore avec la rocade des enfants.

À la fin de la journée de réunions, et à la fin des trois jours de débats et conférences, Pinzuti Paul a fait une intervention intéressante en faisant explicitement les conclusions de son expérience en tant que journaliste et directeur de Bikenomist et Bikeitalia, soulignant comment les fabricants préfèrent se tourner vers le marché cible qui est principalement celui d’une utilisation sportive du milieu, ce qui nécessite de plus en plus de produits technologiques, au détriment des investissements dans des produits à usage quotidien de la bicyclette.

Les utilisateurs de sport, cependant, sont une minorité par rapport à ceux que Pinzuti défini comme «cyclistes urbains» ou ceux qui ont contribué à faire du vélo un mode de déplacement plus sain et plus durable en l’intégrant dans  leur vie quotidienne comme une unité de mesure dans les relations et  activités, et donc aussi avec l’environnement dans lequel ils vivent. Cette grande tranche de la population n’est pas uniquement Urbaine, celle ci  ayant fait un choix clair opposé à la plupart des contextes dans lesquels nous vivons, et qui exprime un fort besoin en termes de planification et de gestion des territoires.

Cependant et parallèlement,  les ressources économiques qui pourraient être mises en œuvre par ceux qui fabriquent et vendent des bicyclettes sont orientées dans un marché qui est hautement spécialisée et technologique.

La distance entre ceux qui planifient et administrent la ville et ceux qui se transportent en vélo dans la ville a  besoin de l’investissement du secteur privé, qui ne voit pas concrètement le potentiel de son expansion sur le marché mais qui commence lentement à s’orienter dans cette direction.

Lors de son discours, dirigé principalement vers les entreprises, Kevin Mayne de la Fédération européenne Cycliste, suggère de d’unir les tentatives de «lobbying» de la citoyenneté active contre le gouvernement pour avoir une planification à l’échelle de la bicyclette et pour obtenir l’expansion de cette demande. Avec pour front de l’incertitude au sujet de cette possibilité comparée avec une planification qui continue de se concentrer sur l’automobile , les entreprises veulent être certaines que le marché va se développer.

D’autre part, ajoute Eduardo Roldan Shimano, les entreprises produisant des vélos, tout en poursuivant des fins principalement économiques, produisent une santé et une amélioration générale par la promotion de modes de vie sains et respectueux de l’environnement. La consolidation de ces modes de vie ne peut être que bénéfique.

Que pouvons nous ramener à la  la maison de cette expérience Cosmobike Mobilité?

Nous avons eu l’occasion de «prendre le pouls » sur le sujet de la mobilité durable, d’entrer en contact directement avec ceux qui la pratiquent tous les jours, avec ceux qui veulent et savent comment vouloir. D’autre part, nous avons eu la confirmation, une fois de plus, que ce n’est pas un problème qui peux  se résoudre en se posant uniquement la question de comment et où faire un projet de route.

Les questions d’urbanisme ne seront pas mesurées, ni résolues avec seulement un « design » de la ville, mais elles ont besoin d’un véritable « design des relations » pour que les voies se matérialisent et qu’elles correspondent à une écoute réciproque aux besoins et création de solutions communes qui ne peut pas exclure une partie de la citoyenneté.

Nous avons pensé qu’il y a un besoin évident d’intégration horizontale d’une part entre les différents acteurs privés, porteurs des intérêts et des ressources économiques, et d’autre part l’administration publique et la citoyenneté active, porteurs de questions spécifiques et ce, afin de générer des réponses spontanées et innovantes.

Développer des processus d’Intelligence Collective dans le domaine spécifique de la mobilité durable est une réponse possible avec sa capacité d’interpréter les besoins concrets exprimés par les différents acteurs.

Nous sommes heureux de constater que «nous sommes sur la bonne voie », Wisers Go!

Francesco Previti et Marco Palermo, CivicWisers

#CivicWiseMilano

You may also like

Leave a comment